Elisabeth

 Pourquoi avoir choisi le Master CMW ?
 Je ne pensais pas venir en CMW. J’étais pas du tout dans l’optique de faire de l’informatique au départ (à l’origine de mon parcours je voulais être puéricultrice…). Je tenais absolument à entrer dans le monde de l’édition. Mais je n’ai trouvé que deux masters qui offraient les compétences que je souhaitais acquérir et surprise : il s’agit de compétences pratiques, notamment en informatique. Deux de mes professeurs de licence ont pris le temps de comprendre mes choix et de réfléchir aux stratégies à adopter. Ce sont eux qui m’ont poussé à chercher de nouvelles possibilités. Et je suis tombée par hasard sur CMW qui proposait ces compétences pratiques que je désirais acquérir et un apprentissage du web… Naturellement intéressée, j’ai tenté ma chance. Sans ces deux professeurs, je n’en serais pas là aujourd’hui. Merci à eux pour leur aide !

Peux-tu nous parler de ton alternance ?
 Je travaille avec une auto-entrepreneuse qui a plusieurs activités. Il s’agit principalement de communication digitale, notamment pour de l’événementiel.

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?
 La question existentielle du siècle ! Je veux faire plein de choses. Tout, n’importe quoi. Du moment que je peux mettre en pratique le maximum de compétences. J’ai la chance d’aimer beaucoup de domaines et d’être très curieuse. Je ne me fixe pas un seul métier. Je compte faire de la gestion de projets web, du graphisme, du webdesign… Officiellement. (Rajoutez l’hypnose, l’hypnothérapie, la magie, le tricot, le crochet, l’écriture…).

Peux-tu nous parler de ton mémoire de recherche ?
 Il s’agit d’un mémoire sur l’addiction à Facebook. Il semblerait que j’en ai conclus que cette addiction n’existait pas, mais personnellement je pense que mon échantillon est beaucoup trop petit. Et mes méthodes de recherche ne sont pas forcément les plus optimales mais c’était intéressant de proposer une méthode, puisqu’il n’y a pas vraiment de recette précise édictée par un organisme de santé. En enquêtant, je me suis rendu compte des pratiques de certains profils, ce qui m’a fait réfléchir sur ma propre utilisation du réseau social. J’ai pensé, pendant un temps, être guéri de Facebook. Mais j’ai rechuté.

As-tu des projets personnels en dehors du Master CMW ?
 Tellement (et j’aime tester ce que je ne connais pas). J’hypnotise des inconnus dans la rue pour leur faire découvrir l’hypnose. J’apprends aussi l’hypnose thérapeutique. J’ai eu le bonheur d’attirer plein de gens avec un profil différent autour de moi partageant cette même passion et d’organiser des événements réguliers (tous les weekends) pour faire sortir ma joyeuse troupe. Nos échanges, entre professionnels, initiés, débutants, et hypnotisés sont très enrichissants. Ensuite, il y a une longue liste d’activités créatrices. Comme la magie. Les possibilités offertes par la magie sont extraordinaires. Puis il y a la lecture et l’écriture. Lectures personnelles dans plusieurs langues et plusieurs domaines différents, puis aussi pour une maison d’édition. Puis il y a le tricot et le crochet. Je crois, et il faudrait étudier la question, que l’addiction au crochet et au tricot est encore plus grande que l’addiction à Facebook. Puis il y a le dessin. Et la photographie (avec le matériel que l’on peut emprunter au master). Et d’autres choses, mais si peu de temps pour tout faire…

Stagiaire en communication digitale

26 ans au compteur, j'ai erré un peu partout dans la galaxie avant d'atterrir en CMW. Cela m'a permis de découvrir de nouveaux domaines. De plus, ayant beaucoup de passions, et aimant les activités créatives, je mets les mains dans plein de choses différentes.